Gérémy Crédeville 
Parfait (et encore je suis modeste)

 

Ne croyez pas qu’être parfait soit aussi idyllique qu’il y paraît. Heureusement, Gérémy Crédeville parvient (parfois) à rester (un peu) modeste.
Avec son tignasse blonde, Gérémy se promène sur scène avec assurance et se confie sur les conséquences parfois désastreuses de ses excès de confiance: la création d’un One man show alors qu’on ne lui demandait qu’une simple blague ; se retrouver à chanter dans un concert live alors que la soirée ne devait être qu’un banal karaoké ; séduire la plus
belle fille de Lille au volant d’une R5 tunnée...
Tour à tour exaspérant et touchant, Gérémy prend plaisir à choquer, séduire et surprendre le public en décrivant son code de drague avec autant de précision que le ferait un Serial Killer pour expliquer comment il s’occupe de ses victimes.
Dans un style toujours très british et avec une classe indéniable, Gérémy ne ménage pas ses spectateurs et fait étalage d’autant de culot que de perfection.
On lui pardonne tous ses excès car derrière cette suffisance, on sent la fragilité et la naïveté de son personnage.

PARFAIT (et encore je suis modeste)

« G comme… Génial ou Géant » - La Provence

« Gérémy Crédeville : futur poids lourd de l’humour " - La dépêche

«  Un One man show décapant et cinglant qui ne donne pas dans le politiquement, socialement, sexuellement correct » - La Voix du Nord